Van Santen. Le cordelier, eau forte.

50 

Julien Van SANTEN (1897-1936). Le Cordelier.

Eau forte en couleurs.

Epreuve sur vélin filigrané « Devambez », 1929, petit tirage.

Composition pour  Les Villages illusoires d’Emile Verhaeren.

Dim. : 15,5 x 20,7 cm (champ de la gravure) ; 30,6 x 25,2 cm (papier). sous marie-luise.

Contemporain de Verhaeren, Van Santen donne ici une superbe et envoûtante interprétation : “…Les paysages sous la neige sont remarquables par leur nappe de brouillard, leurs clochers,… Ils ont le lyrisme et la force de la poésie d’Emile Verhaeren avec leurs visages blafards, leurs mains noueuses, leurs corps tordus…Les personnages ont l’air d’être habités …”(A.R., in Konink. Biblio. Albert I Driemaandelijks Informat.). C’est le seul ouvrage qu’ait illustré Julien Van Santen. Pour ce travail, qui marqua le début de sa carrière à Paris, l’artiste inventa sa propre technique et créa une palette de couleurs chaudes où se mêlent une sorte de gris brun, du vert, du rouge, du jaune.

Description