NERVAL (Gérard de). LE VALOIS

750 

#304
(Krull, Germaine). NERVAL (Gérard de). LE VALOIS. Illustré par Germaine Krull. P., Firmin Didot & Cie, 1930. Grd in-4° (33,1 x 25,5 Cm), 27pp, 25 pl., broché.

Édition originale. Exemplaire du tirage de tête limité à 50 exemplaires sur vergé d’arches (+ 6 H.C.) numérotés, les seuls illustrés de photographies originales : 25 tirages argentiques d’époque (32,8 x 24,8 cm) de Germaine KRULL. Une de ces épreuves est signée au crayon. Sous la justification, numérotation de l’exemplaire au tampon, suivie de la signature autographe au crayon de Germaine KRULL.

TRÈS RARE EXEMPLAIRE DE TÊTE

L’édition courante a été tirée à 1000 exemplaires et était illustrée de photos de G.K. reproduites en héliogravure.

Germaine Krull (née en 1897 à Wilda Poznan en Pologne, morte en 1895 à Wetzlar en Allemagne). En 1916, elle étudie la photographie à Munich. Proche de la bohème munichoise et des anarchistes russes, elle épouse l’un d’eux, Towia Axelrod, puis fuit la répression des milieux extrémistes pour se réfugier à Berlin où elle fréquente les dadas, les expressionnistes et le cinéaste Joris Ivens qu’elle va suivre aux Pays-Bas. En 1925, elle s’installe à Paris. Elle fait partie de ces “photographes nouveaux”  fascinés par l’architecture, la machine et le monde industriel. En 1940 elle part aux Etats-Unis, puis gagne la “France Libre” à Dakar (Sénégal), passe à Alger et accompagne les Alliés lors du débarquement en Provence (août 1944). En 1946, elle part en Indochine comme correspondante de guerre et parcourt l’Asie du Sud-Est d’où elle rapportera plus de 2000 photos sur l’art bouddhique. Elle vit quelque temps en Inde, dans un ashram, puis revient en Allemagne en 1955. Une grande exposition sera consacrée en 1967, à Paris, au Palais de Chaillot, à celle que l’on surnommait  la “Walkyrie de la pellicule”.

Catégorie :