La grande danse macabre des vifs

[ VAN MAËLE, Martin] LA GRANDE DANSE MACABRE DES VIFS. 1er , 2e, 3e , 4e et dernier dixains. S.l. (Paris), n.e. (Ch. Carrington), s.d. (ca 1905), in-4°, 44pl., mi chagrin maroquiné rouge à coins, dos à cinq nerfs, tête dorée.

Très rare ensemble bien complet des 4 séries de 10 eaux – fortes ( tirées sur vergé d’Arches blanc à la forme), la plupart accompagnées d’une légende ; chaque série est précédée d’un titre gravé tiré en 2 tons (noir et bistre). Soit au total: 44 gravures érotiques de Martin VAN MAËLE. Tir. lim. à 100 ex. Selon L. Sokolow (in sa préface à une réédition de l’œuvre satirique de Van Maële), ce tirage aurait été encore plus réduit que celui annoncé. Suite entièrement montée sur onglets. A grandes marges (199 x 287 mm). Bel exemplaire.

PIA, 547. Cat.Vte M. SIMON, 77. PEYREFITTE, II, 244. The Satyrical Drawings of Martin van Maële, Cythera Press, 1970. Importante Bibliothèque d’Ouvrages Érotiques, Hôtel Drouot, 11 Mars 1987, n° 257.

C’est la pièce maîtresse de l’œuvre érotique de l’artiste. Il y décrit d’un trait fort, parfois satirique, un érotisme cru et morbide – ainsi que l’annonce le titre. Rencontre d’Éros et Thanatos, et satire de l’hypocrisie bourgeoise.

Maurice Martin (1863-1926), de son vrai nom, prit le pseudonyme de Martin van Maële, en réunissant le nom de son père, Louis Martin, et celui de sa mère, Virginie van Maële.

Martin van Maële débuta, comme illustrateur, en 1901, pour l’éditeur Félix Juven puis pour Charles Carrington. Pour ce dernier, spécialisé dans la littérature sadomasochiste. Les productions de Carrington valent à l’éditeur des poursuites, puis son expulsion du territoire français en 1907 où il se réfugie en Belgique.

C’est avec l’éditeur Jules Chevrel que van Maële va poursuivre sa production dès 1907. Puis, après la Première Guerre mondiale, c’est le libraire-éditeur Jean Fort qui prend le relai. Parallèlement à ces interprétations d’œuvres littéraires, Martin van Maële a livré quelques albums d’œuvres érotiques tirées à petit nombre (Flèches de plomb, etc.).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *